Se connecter
Logo MesOpinions.com
Accueil Pétitions Sondages Victoires Nous soutenir Lancer une pétition
Pétition

Contre le projet de poulailler industriel à Haillot !

Contre le projet de poulailler industriel à Haillot ! Pétition

Contre le projet de poulailler industriel à Haillot !

62.237 signatures
Pétition soutenue par un Super contributeur
Auteur :
Auteur(s) :
Groupe contre le projet de poulailler industriel à Haillot
Destinataire(s) :
M. le Ministre de l'Environnement, Carlo Di Antonio
La pétition
Actualité(s)

Facebook
MERCI D'INDIQUER AU MOINS VOTRE LOCALITE DANS LA CASE "Pourquoi signez-vous?"

A :
Carlo Di Antonio, Ministre de l’environnement, de la transition écologique, de l’aménagement du territoire, des travaux publics, de la mobilité, des transports, du bien-être animal et des zonings.


Objet : pétition contre le projet de poulailler industriel Arnold à Haillot (commune d’Ohey).


Ref. N° de projet 38583 auprès de la Direction Namur-Luxembourg.


Monsieur le Ministre,


Les signataires de cette pétition dont certains ont déposé un recours officiel auprès de vos services veulent par cette démarche insister sur le caractère inutile, néfaste et nuisible tant à l’environnement qu’à la santé publique de ce projet en particulier et de ce type d’élevage en général. 



  • Projet inutile : vous n’êtes pas sans savoir que la production belge de viande de volailles industrielles est excédentaire (±156% des besoins) alors que dans le même temps nous devons importer de France principalement de la viande de volailles bio ou issues d’élevages raisonnés.
  • Ce type d’élevages intensifs impliquant une très forte promiscuité entre les animaux nécessite l’utilisation en préventif d’antibiotiques pour éviter une trop forte mortalité. Or il est établi et de nombreux articles scientifiques en attestent que cette utilisation abusive d’antibiotiques provoque chez les consommateurs une augmentation de l’antibiorésistance. Certaines sociétés de production (intégrateurs) utilisent même des antibiotiques classés antibiotiques de réserve par l’OMS, préférant payer des amendes plutôt que de renoncer à ces pratiques illégales mais surtout préjudiciables pour la santé publique.
  • La viande de volailles produite dans ces élevages est d’une piètre qualité nutritionnelle due à une alimentation reconstituée nécessairement carencée en certains nutriments. Alors que les autorités compétentes mettent de plus en plus en garde contre ce type d’alimentation et ses conséquences néfastes sur la santé publique, n’est-il pas paradoxal de continuer à autoriser ce genre d’élevages ?
  • les déjections chargées en nitrates et contaminées notamment par les antibiotiques seront partiellement épandues sur les terres de l’exploitation situées à proximité immédiate. Or comme tout le Condroz, cette zone est particulièrement riche en sources et nappes phréatiques qui seront encore un peu plus contaminées induisant déjà et de manière croissante à terme des coûts de traitement des eaux qui devront être supportés par les contribuables et non par le pollueur en raison du caractère diffus de cette pollution.
  • La partie excédentaire des déjections sera exportée dans d’autres régions y créant les mêmes préjudices et générant de surcroît un charroi source de pollution (gaz à effet de serre) et de dégradation des voiries.
  • Cette extension de l’exploitation ne génère pas de création nette d’emploi (19 000 poulets actuellement dont le nombre serait multiplié par 2.5).
  • Pollution olfactive. Actuellement cette pollution est déjà perceptible à plus de 250 mètres au niveau de la route des Fauwes, pourtant séparée du poulailler actuel par 250 mètres de forêt dense. A proximité immédiate se trouvent des terrains que la commune vient d’affecter à la construction d’habitations et la zone potentielle de pollution olfactive toucherait déjà certaines habitations du village ainsi que l’école primaire. Les futurs propriétaires seront-ils informés préalablement des risques de dévalorisation de leur bien ou seront-ils mis devant le fait accompli et abandonnés à leur sort ?
  • Dans son avis, le collège communal entend imposer certaines contraintes pour limiter les nuisances qui sont donc reconnues. Mais peut-on faire confiance au porteur de projet et surtout à l’intégrateur qui se trouve derrière ? Certainement pas :

    • Lors d’une réunion préliminaire en 2016 et en présence de membres du collège, ces personnes ont tenté de faire croire que l’impact des nuisances olfactives était « mesuré à l’aide d’un modèle mathématique du Prof. Nicolas de l'université de Liège" ». Si cette méthode existe, elle n’est ni validée, ni officielle, ni reconnue par la Région Wallonne. Il s’agit d’une tentative de tromperie envers des citoyens mais surtout d’élus de la commune.
    • Lors de la construction du 1er poulailler, Mr Arnold n’a pas hésité à empiéter sur le domaine public (une partie de la forêt communale)
    • Il a également foré un puits en toute illégalité.
    • Le nombre d’animaux dépassait de 37% le maximum autorisé.
    • Dans sa décision, le collège demande d’installer « un système de traitement des odeurs dans les 5 années au plus tard de l’exploitation » !! La raison du délai serait le manque de moyen financier actuel du porteur de projet. Si son business plan ne permet pas actuellement d’intégrer cette dépense et sachant que les prévisionnels sont plus souvent optimistes que le contraire pour convaincre les financeurs, il est peu probable que ces moyens soient disponibles dans 5 ans ! Qui contraindra alors le porteur de projet à remplir son obligation et comment la financera-t-il ?


Tout ceci est relaté dans l’avis du collège du 30/04/2018. Les raisons pour lesquelles le collège a malgré tout émis un avis favorable restent mystérieuses et inconnues, mais sont sans doute à chercher du côté du calendrier électoral.


Comment dès lors faire confiance à ces gens pour respecter les prescriptions réglementaires ?


Est-il exemplaire de récompenser un fraudeur en lui octroyant  d’agrandir son exploitation ?


Des exemples récents (Fipronil, Veviba…etc.) ont montré que malheureusement les contrôles ne peuvent garantir totalement l’absence de tricheries.


« Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants. » (A.de St Exupery)


Pour toutes ces raisons, Monsieur le Ministre, nous vous demandons de ne pas autoriser ce projet qui n’a aucun intérêt économique, mais qui serait préjudiciable à la collectivité, même si c’est de manière diffuse :



  • Traitement de la pollution des eaux (nitrates, antibiotiques…)
  • Augmentation de l’antibiorésistance
  • Traitement des maladies liées à une alimentation carencée et contaminée


  • Sans parler de la pollution olfactive et visuelle ainsi que de la dégradation de la qualité de vie des riverains actuels et futurs dans une région à forte densité d’habitat.
62.237 signatures
Signez avec votre email
Veuillez sélectionner une option
Pétition soutenue par un Super contributeur
Merci pour votre mobilisation
Vous avez déjà signé cette pétition
Aidez l'auteur à atteindre la victoire :
Je signe avec un autre email
Ajouter un commentaire
Partagez la pétition avec vos amis :
- Actualité(s) de la pétition -
3.754 commentaires
Malika - Le 22/06/2018 à 19:17:55
Parce que.
0
Dorval - Le 22/06/2018 à 22:44:55
Je ne supporte pas la souffrance animale
0
Jeanine - Le 22/06/2018 à 23:01:00
Je suis contre ce genre de poulailler car je hais la cruauté envers ces animaux ( je connais très bien ce milieu car mon ex mari faisait l'élevage de poules industriel!!!!!!! je n'ai jamais accepté ce choix ) je préfère de loin voir des volailles vivrent en plein air que de voir souffrir ces pauvres bêtes souvent surpeuplées et surtout la façon dont on les attrapent pour les mettres dans des containers direction abattoir une honte!!!!!!
0
Voir tous les commentaires
- Pétitions -

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs