56 012 689 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Animaux

Signez la pétition

Déjà 28.118 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Pour l'arrêt des combats de coqs en France

Pour l'arrêt des combats de coqs en France

Auteur : Cause Animale Nord

Créé le 07/04/2015 - Fin le 01/01/2020

À l'attention : de Monsieur le Président de la République

Merci de soutenir l'association en signant la pétition.

Lettre ouverte :

Monsieur le Président de la République,

Nous vous sollicitons afin de faire interdire cette pseudo tradition des combats de coqs dans le Nord-Pas-de-Calais. Cette pratique n’est pas de chez nous mais elle a été importée par les Flamands.

Nous sommes l’un des trois derniers pays européens autorisant cette pratique barbare et sanguinaire
.

La France a déjà prohibé les combats de coqs dans le passé, loi Gramont du 2 juillet 1830, arrêté préfectoral du 11 février 1852. Mais c'est sous l’emprise des coqueleux (des milliers à l’époque et très peu aujourd’hui) que le Général De Gaulle a cédé à la pression.

Le 8 juillet 1964, les combats sont de nouveau autorisés, pourtant la loi avait été durcie le 19 novembre 1963. De Gaulle ira déclarer : « Puisque l’on mange les coqs, il faut bien qu’ils meurent. »

Ce n’est que le 8 décembre 1993 qu’un arrêt de la cour d’appel de Douai a proclamé les combats de coqs tradition locale ininterrompue. Or sur les 5000 coqueleux inscrits à la Fédération, 40% sont des belges où les combats sont interdits depuis 1929 et sévèrement punis.

Au 21e siècle, il existe d’autres moyens de se divertir que la souffrance animale où l’argent circule librement, ce qui représente également une perte pour l’Etat Français.
Les coqs sont mutilés avant les combats, on leur coupe la crête, les oreillons et les barbillons, réduits à leur plus simple expression pour éviter d’offrir une prise trop facile au bec de leur adversaire.

Une mutilation pratiquée à vif, tout comme celle de l’ergot scié, peu de temps avant les premiers combats.

La préparation au combat se traduit par des chocs psychologiques mais aussi physiques comme nourrir le coq avec du chanvre afin de l’exciter ou encore lui faire boire un mélange à base d’alcool à 90° et une drogue pour le rendre plus courageux.

Comment ce qui représente un acte de cruauté en France, selon l’article L521-1 du code pénal, peut-il être autorisé dans un département ?

Monsieur le Président de la République, nous en appelons à votre bonté en faisant interdire cet acte barbare qui mène à la dérive, comme quand le Préfet du Nord laisse autoriser des combats illégaux conformément à la législation de 1964.

45.000 coqs meurent tous les ans dans d’extrêmes souffrances. Comment accepter cela alors qu’il est l’emblème de la France ?

Monsieur le Président de la République, faites de notre pays un pays moderne où la cruauté animale n’a pas sa place. Rejoignez les autres pays de l’Union Européenne.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de nos plus sincères considérations.

Antony BLANCHARD, Président