54 353 620 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Santé

Signez la pétition

Déjà 20.101 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Nous, soussignés, demandons au premier représentant de l’État que vous êtes, d’user des pouvoirs qui vous sont conférés pour que cesse définitivement le déploiement du nouveau compteur Linky

Nous, soussignés, demandons au premier représentant de l’État que vous êtes, d’user des pouvoirs qui vous sont conférés pour que cesse définitivement le déploiement du nouveau compteur Linky

Auteur : Dominique et Frédérique Longville

Créé le 25/09/2016  

Mise à jour de la pétition

À l'attention : de Monsieur le Président de la République Française

À l'attention : de Monsieur le Président de la République Française


Monsieur le Président de la République Française,

Nous, soussignés, demandons au premier représentant de l’État que vous êtes, actionnaire à près de 85 % d’EDF, d’user des pouvoirs qui vous sont conférés pour que cesse définitivement le déploiement du nouveau compteur Linky, d’arrêter toutes les campagnes publicitaires en cours, de faire procéder au démontage de tous les compteurs qui ont déjà été installés (demande qui vaut également pour les compteurs Gazpar).

Cette technologie suscite de plus en plus d’inquiétudes dans la population, pour de nombreuses raisons. Vous n’êtes pas sans savoir que les compteurs Linky transmettent la consommation électrique en temps réel en injectant dans les circuits électriques (en amont et en aval) des fréquences radio dites “ CPL ” - Courant porteur en ligne - et que cette technologie impose le déploiement de 700.000 postes de transformation. Ces concentrateurs, équipés d’ordinateurs et d’antennes-relais “ GPRS ” émettant des micro-ondes quasiment à hauteur d’homme, le niveau d’exposition continu aux ondes radio-électromagnétiques de l’ensemble de la population augmentera considérablement en tout lieu : domiciles, lieux de travail, espaces collectifs et même dans les rues.

La généralisation du compteur Linky est à plus d’un titre contraire aux intérêt des Français et de la France et nous souhaitons bénéficier du même traitement que l’OTAN, où le CPL est interdit dans tous les sites, les ambassades (depuis le refus de cette technologie par l’ambassade des USA), les hôpitaux, les gendarmeries, les sites de l’Armée, les casernes de pompiers etc. qui en seront dispensés pour des motifs sécuritaires, sanitaires.

1/ PANNES ET INCENDIES A RÉPÉTITION
Sur le plan technique, les câbles, fils et appareils électriques ne sont pas prévus pour transporter des radiofréquences. Cela a déjà occasionné des incendies et des pannes ce dont EDF est parfaitement conscient puisqu’il s’exonère de toute responsabilité (ainsi que sa filiale à 100 % ERDF) dans ses nouvelles Conditions Générales de Vente du 15 juillet 2015 applicables tant aux particuliers qu’aux professionnels pour les compteurs jusqu’à 36 kVa (CGV applicables aux contrats signés antérieurement (Tarif Bleu), qui “ évoluent ”. Tout le monde est concerné, et pas seulement les nouveaux clients d'EDF ou ceux qui changent leur contrat).

Comment admettre qu’en cas d'incendie provoqué par le compteur Linky ou par les radiofréquences qu'il injectera dans les câbles et fils électriques, ainsi que dans les appareils électriques, qui ne sont pas blindés contre ces radiofréquences, il appartiendra au client, c’est-à-dire à la victime– de prouver la responsabilité d'ERDF 

2/UN RÉSEAU MAL ENTRETENU facteur aggravant des risques d’incendies
Si les circuits et équipements des particuliers et des entreprises ont été majoritairement rénovés depuis leur installation, en revanche s’agissant du réseau communal entretenu par RTE, autre filiale d’EDF, la baisse des investissements pendant 10 ans a considérablement dégradé l’état des installations, dont la moyenne d’âge est de 45 ans. Il est à craindre que les incendies d’origine électrique soient multipliés.

3/ DURÉE DE VIE LIMITÉE DES COMPTEURS
L’analyse technico-financière ne prend pas en compte le remplacement des compteurs et des concentrateurs dès la deuxième génération dans respectivement 15 ans et 10 ans ce que précise le rapport Capgémini du 8 mars 2007.
Cela signifie qu’après avoir investi 7 milliards d’euros, coût estimé du déploiement de la première génération Linky, la France devra recommencer dans 10 à 15 ans sous peine de ne plus pouvoir utiliser l’électricité.

4/ MENACE DE “ HACKING ” SUR TOUT LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE DU PAYS
L’informatisation des réseaux électriques rendra la France vulnérable au piratage, à l’espionnage et au cyber-terrorisme pouvant provoquer le black-out.

5/ DES RADIOFRÉQUENCES TOXIQUES POUR LA SANTÉ
Les radiofréquences CPL du Linky sont officiellement classées “ potentiellement cancérigènes ” (catégorie 2B) depuis 4 ans par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’OMS.

Ce classement annoncé par un communiqué du 31 mai 2011 du CIRC, confirmé par la monographie n° 102 parue en 2013, concerne aussi bien les radiofréquences CPL et les micro-ondes GPRS du Linky, que les micro-ondes des téléphones portables 2G, 3G et 4G, et le wifi.

Quant au rapport de l’ANSES remis en juillet 2016 il est très clair. L’agence recommande qu’il faut protéger les enfants des rayonnements de toutes les technologies sans fil … et met en évidence l’inadéquation des normes réglementaires actuelles pour satisfaire à une réelle protection et propose de reconsidérer les valeurs limites d’exposition réglementaire et les indicateurs d’exposition dont le DAS (débit d’absorption spécifique).

Instaurer par la loi le déploiement du Linky revient à autoriser l’installation massive d’un produit dangereux en contrevenant aux plus récentes recommandations de l’Anses.

Monsieur le Président de la République, aujourd’hui, vous seul pouvez, en tant que premier représentant de l’Etat actionnaire, mettre un terme à ce grand chantier inutile et dangereux et sauver la France du fiasco technique, industriel, financier et sanitaire, inéluctable avec le système Linky.

Dans l’attente de votre réponse en actes, nous vous prions de bien vouloir recevoir, Monsieur le président, l’assurance de notre considération la plus haute.