54 693 051 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Politique

Signez la pétition

Déjà 38.481 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Non aux candidatures des traditions cruelles envers les animaux comme celle de Marie Sara.

Non aux candidatures des traditions cruelles envers les animaux comme celle de Marie Sara.

Auteur : Jo Benchetrit

Créé le 12/05/2017  

À l'attention : Du Président de la République Emmanuel Macron, son entourage, les candidats d'En Marche et surtout les électeurs

Nous ne voterons plus Emmanuel Macron s'il maintient la candidature de la tortionnaire des arènes, Marie Sara.
Nous demandons à ce que la torera retire  sa candidature  et nous changerons de voie.


L’élection de M.Macron ressemble à une pub pour la jeunesse et la beauté.

La jeunesse fait penser au changement. Mais ici se démontre qu’ il n’en est rien. Comme le disait St Ex, « L’essentiel est  invisible pour les yeux ».
Les sollicitations appuyées d'Emmanuel Macron pour que Marie Sara soit candidate En Marche est un camouflet envers la protection des animaux, force de progrès tournée vers l’avenir. C’est inadmissible.  Monsieur Macron se croit sans doute propriétaire  des voix qui l’ont porté  au pouvoir. Nombre de ses électeurs sont anti-corrida puisque les sondages donnent 80% contre cette tradition.
Même vieillerie que défend Macron quand il veut conserver des chasses traditionnelles comme le déterrage, la chasse à courre, et d’autres monstruosités sadiques du fond des âges,  indignes d’un avenir que la jeunesse de notre déjà-hélas président voudrait représenter.
Non, on ne peut être jeune de cette façon. D'ailleurs, un récent sondage donne ceci: 90% des jeunes des endroits où la sinistre corrida est maintenue parce que tradition dans ces régions, oui, 90% des jeunes ne veulent plus de cette indignité qu’ils laissent aux vieux beaufs cruels.
Des amis des animaux, anti barbarie par essence, ont voté pour lui pour contrer le FN, force traditionnaliste. On aurait pu continuer à voter En Marche, en lui permettant de gouverner, en espérant le faire revenir sur ses positions rétrogrades connues envers les animaux. Liste de ses idées sur la question plus bas.
Mais là, il n’est plus question de faire contre mauvaise fortune bon coeur. La PA va évidemment voter contre En Marche.
Mais les autres électeurs non investis PA et malgré tout révulsés par la cruauté des arènes,  aussi.
Mettons en échec En marche.


il faut pouvoir abolir  les lois liberticides qui seront maintenues en cas de majorité d'En Marche à l'assemblée.
La jeunesse n'est qu'une enveloppe et ce qui se dessine là est la pire des vieilleries puant la poussière, la souffrance, l’injustice  et le sang.
Que l’entourage, les électeurs et les candidats anti-corridas ayant un peu de cran lâchent au plus vite En Marche !
Qu'ils se dirigent  vers les seuls partis en marche vers le progrès humain, le seul important, à savoir les partis animalistes.
Le même conseil vaut pour les électeurs anti- barbarie.
Nous avons déjà eu des ministres aficionados, comme Valls. Nous avons déjà eu des présidents tolérants ces monstruosités, tous sauf Chirac anti- chasseurs, mais des promoteurs de toreros, je ne crois pas. Là, on est au cœur de l’horreur.

J'ai lu un peu sur ce sujet...pour pouvoir vous en parler et j'en suis malade. Ce sont des atrocités. Des descriptions froides dignes de Sade. Personne de sensé ne peut admettre ça. La candidature de la rejoneadora Marie Sara doit faire plouf. Merci aux électeurs du Gard de ne pas l’élire, et ce, à n’importe quel prix.
Un rejon, c'est un pieu de metal. La terminologie est aussi abominable que leurs actes: le rejon de « châtiment ». Et le rejon de mort.
Les plaies béantes comme celles imposées par les toreros à cheval et leurs rejons, comme les pics des  picadors, font saigner en détruisant les muscles du cou et parfois en s’enfonçant plus loin y compris dans les poumons, arrachant les chairs au  passage, étouffant les suppliciés. 
Le but est d’affaiblir l’innocente victime des forcenés devant un public de pervers impitoyables jouissant du mal fait aux taureaux ET aux chevaux éventrés.
Hemingway disait que c’était amusant à voir, un cheval qui perdait ses tripes.

Voilà la jeunesse de notre nouveau Président fringant! Voilà vers quoi on est en marche si on vote pour son parti. Nous voulons enfin que la PA soit entendue.


La barbarie envers les animaux n'est pas moins grave ni plus anecdotique, ni moins dégradante que celle envers les hommes. Elle en est juste le modèle.
Il est impossible d'avoir confiance en quelqu'un qui ne veut pas savoir cette évidence. Un peuple se forme et se deforme. La responsabilité des gouvernants est aussi enormes que celle des éducateurs pour les enfants.
On ne peut avoir de paix civile dans un contexte où les valeurs marchent sur la tête.
L'avenir appartient aux vivants si on tient compte de l'urgence de savoir que l'homme ne doit jamais plus se sentir autorisé à nuire aux autres quels qu'ils soient.

Informations :
Le « rejón de châtiment » est un javelot de bois de 160 centimètre de long qui se termine par un fer de 15 centimètres à double tranchant. Le fer est fixé à la hampe par une cheville pré- taillée en sorte qu'elle se sépare en deux parties au moment de la pose, libérant ainsi un drapeau qui sert de leurre.
Le « rejón de mort » («rejón de muerte ») est un javelot muni d'une lame d'épée qui remplace le fer du « rejón de châtiment ».
C'est le président qui décide le moment où le rejoneador peut se servir du rejón de mort. Le matador a alors cinq minutes pour réaliser la mise à mort. Si au bout de ces cinq minutes, le taureau est encore vivant, le cavalier doit descendre dans l'arène, et se servir de l'épée comme un matador à pied
Un rejón de castigo est une lance qui a un drapeau sur sa pointe qui se révèle quand il entre en contact avec le corps du taureau. Comme avec les puyazos (jabs) d'une corrida standard, les rejones de castigo affaiblissent le  taureau par une perte de sang pour permettre à la corrida d'évoluer à un stade plus lent.

https://www.politique-animaux.fr/emmanuel-macron
-E.Macron ne remet pas en cause la chasse de nuit, ni la chasse le dimanche.
-E.Macron ne s'engage pas à modifier la loi pour étendre aux animaux sauvages (y compris non captifs) la notion de sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux.
-E.Macron à propos de la corrida : «Je suis à ce titre opposé à l'interdiction dans les territoires de tradition taurine»
-E.Macron refuse de soutenir l'interdiction de l'abattage des vaches gestantes.
-E.Macron refuse de soutenir la création d'une autorité indépendante dédiée au développement des méthodes de remplacement.
-E.Macron a déclaré que la création d'un Secrétariat d'Etat dédié à la condition animale «n'est pas la solution»
-E.Macron sur le lobby des chasseurs : «j'écoute toujours cette voix»
-E.Macron défend l'élevage intensif et un modèle tourné vers l'exportation.
-E.Macron refuse de soutenir l'obligation de l'abattage avec étourdissement.
-E.Macron affiche son mépris des associations de protection animale lors du congrès de la FNSEA.
-E.Macron a « beaucoup d’autres choses à faire » que d'écouter les 80% de Français qui jugent la cause animale importante.
-E.Macron « remercie les 500 000 bénévoles de la chasse »
-E.Macron vient courtiser les chasseurs à l'occasion de l'Assemblée générale de la FNC.
-E.Macron soutient le principe d'une place prépondérante des chasseurs dans les décisions concernant la faune sauvage.
-E.Macron revient sur son engagement sur la fin de l'élevage en cage des poules pondeuses d'ici 2022
-E.Macron refuse de s'engager pour l'abolition du gavage.
-E.Macron refuse d'abolir les corridas et les combats de coqs.
-E.Macron refuse de soutenir la fin des programmes de reproduction à des fins commerciales dans les zoos et les delphinariums.
-E.Macron soutient les quotas d'abattage de loups.
-E.Macron nie l'impact de l'élevage sur les eaux de Bretagne.
-E.Macron promeut l'élevage intensif des poulets
-E.Macron souhaite davantage d'aides financières pour l'industrie de la pêche.
-E.Macron veut affaiblir la politique européenne de quotas de pêche.
-E.Macron « souhaite que le travail des chasseurs pour la biodiversité soit reconnu »
-E.Macron souhaite relancer les chasses présidentielles.
-E.Macron ne soutient pas la lutte contre l’insécurité liée à la chasse.
-E.Macron ne soutient pas le renforcement des sanctions pénales concernant les atteintes aux animaux dans la recherche.