55 946 939 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Droits de l'homme

Signez la pétition

Déjà 561 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Nous demandons la libération et le retour en France de deux Français enlevés et arrêtés arbitrairement en R.D Congo depuis le 17 novembre 2016

Nous demandons la libération et le retour en France de deux Français enlevés et arrêtés arbitrairement en R.D Congo depuis le 17 novembre 2016

Auteur : Liberté pour Diumbu Ndjeka Pablo et Boyenga Bofala Frédéric

Créé le 04/12/2016  

À l'attention : de tous les citoyens

Mesdames, Messieurs,

Depuis le jeudi 17 novembre 2016 (16 jours), deux de nos compatriotes Français – Amiénois, Messieurs Boyenga Bofala Frédéric et  Diumbu Ndjeka Pablo, ont été déclarés dans un  premier temps disparus à Kinshasa, capital de la République Démocratique du Congo. Au fil des jours, les sources journalistiques congolaises et les témoins oculaires confirment qu’ils ont bel et bien été enlevés par les éléments de la garde républicaine et du renseignement militaire de la R.D Congo dit  « détection militaire anti-patrie » (DEMIAP) et qu’ils seraient prisonniers dans des cellules  souterraines du camp militaire Tshatshi à la cité de l’unité africaine, ex cité de l’OUA.

Force est de constater que :

- ils n’ont pas été présentés devant un juge compétent afin de répondre aux accusations, si ces dernieres existent. La législation Congolaise stipule que, après 48 heures d’arrestation ou d’interpellation d’un individu, ce dernier doit être présenté devant un juge compétent et ce, quelles que soient les accusations; ce qui n’est pas le cas pour nos deux compatriotes.

- les autorités institutionnelles congolaises ne souhaitent pas se prononcer sur cette affaire malgré les preuves tangibles et indiscutables de l’enlèvement de nos deux compatriotes à l’hôtel où ils séjournaient depuis leur arrivée à Kinshasa.


Nous vous assurons que la présence de nos deux compatriotes était connue des autorités Congolaises et qu’ils ne constituaient aucune menace pour ce pays. Messieurs Boyenga Bofala Fréderic et Diumbu Ndjeka Pablo sont allés en RD Congo, sur invitation du ministre de l’intérieur, Monsieur Evariste Boshab.


Ce dernier promettait à Monsieur Boyenga Bofala Fréderic qu’il rencontrerait le président Kabila Joseph pour qu’il puisse lui exposer sa vision politique pacifique, indispensable pour dénouer la crise politico-sociale. Cette piste est celle du dialogue inclusif qui réunirait toutes les forces de l’opposition, de la société civile, des mouvements citoyens et le parti au pouvoir.


En conséquence, par solidarité et dans l’inquiétude de leur santé et surtout de leur vie, nous lançons un appel à toutes nos autorités régionales et nationales, à la communauté européenne et  internationale. Nous vous prévenons que ces deux pères de famille français sont en danger dans un pays où la situation politique tendrait vers le chaos à la date du 19 décembre prochain.


Comme tous nos autres compatriotes français retenus injustement dans les quatre coins du monde, Messieurs Boyenga Bofala Fréderic et Diumbu Ndjeka Pablo sont aujourd’hui pris en otage par le pouvoir en place de la RD Congo.


Il est vrai que notre Ministère des affaires étrangères via notre diplomatie en RD Congo s’est saisi de ce dossier. Mais nous demandons également à nos institutions judiciaires compétentes de se saisir de cette affaire en ouvrant une information judiciaire et aux structures internationales des droits de l’homme de mener une investigation sur les conditions d’enlèvement et de détention arbitraire de nos deux compatriotes et de sommer les autorités de la RD Congo de les libérer.


À vous médias, nous sommes conscients que votre investigation et surtout votre implication dans la recherche de transparence et la diffusion des manifestations de soutien  organisées vont contribuer efficacement à mobiliser le monde entier et en conséquence accélérer la libération et le retour sans condition de nos deux compatriotes. 


Nous réitérons notre demande aux autorités de notre pays de sommer le gouvernement de la RD Congo de libérer sans conditions nos deux compatriotes et pères de famille. Leurs enfants et leur femme sont impatients de les revoir, surtout en ces moments de fêtes familiales.