52 498 483 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Arts et culture

Signez la pétition

Déjà 5 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Nous appelons à garder ses Lumières au Château de Lunéville !

Nous appelons à garder ses Lumières au Château de Lunéville !

Auteur : Lorrain Sanschâteau

Créé le 14/12/2016  

À l'attention : Tous ceux qui aiment le château de Lunéville

Nous dénonçons la brutale cessation d'activités des Programmes des Lumières en janvier 2017.


Nous appelons à garder ses Lumières au Château de Lunéville !


En effet après trois ans d'inaction, l'exécutif du département de Meurthe-et-Moselle procède à une brutale cessation d'activités par une série de discrètes mesures administratives.


Nous appelons tous ceux qui après l'émotion de l'incendie en 2003, ont soutenu la mobilisation générale pour la reconstruction : avec les parrainages d'Otto de Habsbourg-Lorraine et des personnalités des sciences et des arts, l'engagement des entreprises et des donateurs, mais aussi de tous les contribuables par l'État, la Région et le Département de Meurthe-et-Moselle, qui ont payé leur château pour après sept ans avoir la récompense qu'il renaisse de ses cendres. Nous les appelons à réaffirmer l'importance des fonctions qui seules peuvent justifier l'énorme effort collectif.


Nous appelons les acteurs des programmes du Château des Lumières qui ont réuni publics, entreprises et universités en six ans d'actions coordonnées ; tous ceux qui ont pris goût : à y mieux connaître les autres Européens, à y être interpellés par les spectacles et les expositions des créateurs, à y participer aux nouveaux savoirs produire associant techniques, arts et métiers, pour être bientôt une vitrine de l'innovation. Nous les appelons à maintenir la convergence de leurs implications, à réaffirmer leur attente d'un lieu en état d'être pour tous : Mémoire et porteur d'avenir.


Nous appelons l'Assemblée départementale à dénoncer le procédé discrétionnaire de l'exécutif qui remet en cause ses choix.


Nous dénonçons l'invocation de la nécessaire diminution des charges publiques comme excuse à l'incompétence d'un exécutif qui feint de rechercher aujourd'hui ce qui était pourtant anticipé par le Conseil départemental présidé par Michel Dinet, non moins responsable et prévoyant. Les programmes des Lumières votés à l'unanimité pour rendre le château aux Lorrains et qu'ils y trouvent des raisons d'avenir ont été préparés pour une progression autofinancée grâce à des partenariats de plus en plus investis dans un lieu devenu utile à tous. A l'inverse, nous dénonçons la gabegie du désinvestissement des ressources engagées et annulées, le gâchis des énergies humaines réunies et découragées.


Nous dénonçons le vide impréparé qui s'empare d'un château bradé vivant dès 2017 ; et le cynisme qui pour gagner du temps, laisse croire que tout y serait à repenser, mais à moindres moyens, ou à trouver en faisant miroiter un "petit Versailles" dont les décors aux coûts pharaoniques feraient dans 20 ans venir le tourisme du monde entier. En attendant, on éteint les Lumières d'un héritage trahi.


Nous dénonçons le mirage d'une "nouvelle gouvernance" qui prétend attirer autour d'une table vidée ceux qui y étaient déjà, pour leur transférer la quête des ressources dans un cadre juridique flou. Ni l'État ni la nouvelle Région Grand Est ne répondent positivement, la Ville de Lunéville n'a pas plus de moyens que lorsqu'elle a du céder le château, et pour entrer en dernier recours dans un grand marchandage Nancy Métropole veut surtout des soutiens financiers aux projets contestés du Musée lorrain et de Nancy Thermal ; les fantasmes de privatisations du site dans un "modèle économique" n'auront pour effet que son démembrement. L'exécutif départemental a isolé le Château, par son empressement à se démettre à travers la forme techno juridique, mise avant et sans le fond d'un projet mobilisateur de vrais partenaires.


Nous appelons tous les habitants du Lunévillois à dénoncer la banalisation ou la mise en pause d'un équipement essentiel aux territoires pour empêcher leur stérilisation économique, sociale et culturelle.


Nous appelons les Lorrains à exiger de la Meurthe-et-Moselle qu'elle assume l'emblème de leur identité aussi comme atout de modernité et de leurs espoirs. Il ne leur reste plus en effet que les départements pour faire reconnaître la Lorraine ; alors que déjà la Moselle la quitte par sa chambre de commerce qui fait les yeux doux à ses sœurs alsaciennes pendant que celle de la Meuse veut se faire adopter par la Champagne. Il n'y aurait ainsi plus de lorraine que Nancy Métropole, pour salut et objet de toutes les ambitions politiques de pouvoir… Sur la route des Vosges et d'Alsace, la Meurthe-et-Moselle arrive les mains encore plus vides d'un château qu'elle aura vidé de sa dynamique et de sons sens.


Nous appelons l'Alsace du Grand Est - au moment où elle sait se vendre à Paris et ouvre sa Maison des Champs-Élysées après 20 millions de travaux – à concourir à la vitalité d'un site à l'identité remarquable pour les convergences européennes actives de la grande région.


Nous appelons les services de l'État à contribuer aux contenus du Château des Lumières avant que le contenant sans repreneur ne soit bientôt à l'abandon.