52 386 986 personnes agissent sur MesOpinions.com

Suivez-nous !

Pétition - Animaux

Pétition : STOP aux empoisonnements de chats et d'autres actes de maltraitance animale à Roquemaure (Gard)

Signez la pétition

Déjà 7.775 signatures

    Partager avec vos amis Facebook

Signez la pétition
Sauvegarde en cours...

STOP aux empoisonnements de chats et d'autres actes de maltraitance animale à Roquemaure (Gard)

Auteur : Sebastienne Lawton

Créé le 17/08/2013 - Fin le 31/12/2013

À l'attention : des associations de protection animale et à Christine Taubira, Ministre de la Justice

Je fais un appel aux associations de protection animale et à toutes les personnes qui, comme moi, aiment les animaux et ne supportent pas de les voir souffrir.

L'an dernier, ayant été témoin de faits que je considérais, et que je continue à considérer , comme des actes de maltraitance animale, je l'ai signalé aux autorités.

Il s'agissait de la découverte d'ossements de chiens, sectionnés et en partie brûlés au bord de l'autoroute A9, à Roquemaure dans le Gard au mois d’août 2012 ainsi qu'une situation différente mais aussi préoccupante concernant deux chiens attachés de façon régulière à un canapé 9h par jour....pouvant aller jusqu'à 11h sans que personne ne les libère.

Une semaine après avoir signalé les deux incidents au Maire et 48h après avoir dénoncé le deuxième incident (accompagnée d'une inspectrice de protection animale ayant constaté les faits), 4 de mes 5 chats (et que les miens) ont été empoisonnés, ainsi qu'à 8 reprises depuis, alors que rien de semblable n'était jamais arrivé à mes animaux avant.

Un de mes chats a succombé à ses blessures. Je n'ai pas pu le conduire d'urgence chez un vétérinaire de garde parce que quelqu'un avait crevé les 4 pneus de mon véhicule pour la cinquième fois.

Pendant toute une nuit, j'ai du regarder mon animal, auquel j'étais très attachée, subir une mort lente et agonisante, sans pouvoir ne rien faire pour atténuer sa souffrance. Mon indignation reste toute aussi vive, 1 an après les faits.
Que ces empoisonnements soient un "règlement de compte" visant à me faire taire et à m'intimider ou juste l'acte d'un voisin particulièrement sadique, amoral et dépourvu d'empathie, qui a décidé d'agir à ce moment là, sans jamais s’être manifesté dans les 6 ans précédents, reste pour le moment, un mystère.

Je demande simplement à ce que cela cesse.

Mes 4 chats sont tous identifiés, stérilisés et castrés et ne vont pas à plus d'une cinquantaine de mètres de mon domicile. Depuis, certaines personnes m'ont reproché de ne pas faire vivre mes chats à l'intérieur. Outre la difficulté de vivre au RDC avec la baie vitrée et toutes les fenêtres fermées en permanence, alors qu'il fait jusqu'à 30° dans mon logement en été, je pense que tout chat devrait avoir le droit d'aller dehors, sans se faire massacrer.
Grimper dans les arbres, faire ses griffes, respirer l'air, courir après des feuilles, chasser des proies, mâcher de l'herbe, rencontrer ses congénères et vivre heureux, constituent, il me semble, les besoins biologiques propre à son espèce.

Je me demande quel humain voudrait être condamné à vivre à l'intérieur 24h/24h?

Tous les jours, nos bêtes sont martyrisées. L'empoisonnement est devenu le sport national dans les villages et les villes de France.

Avant d'attacher un chien à un canapé afin qu'il ne détruise pas le mobilier, avant de lui mettre un collier à décharge éléctrique, en violation de l'article 7 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Animal, avant de faire enlever chirurgicalement les griffes d'un chat, afin qu'il n’abîme pas son fauteuil, ne serait il pas une bonne idée de s'interroger sur nos raisons de vouloir un animal et sur nos capacités de le rendre heureux?

Je demande le respect de nos animaux et la création d'un statut juridique leur désignant comme des êtres vivants et sensibles, dans la Constitution Française, le Code Civil et le Code Pénal afin de les protéger et de les délivrer de toute souffrance inutile.

Je vous remercie de me soutenir dans mes efforts pour changer le regard de la societé actuelle sur la condition animale.
Sébastienne Lawton